Scole di walon Lucien SOMME     NAMUR

École de wallon

Programme

Les cours

Les tables de wallon

Inscriptions

Le calendrier

Une petite idée...

Textes de nos élèves

Leçons avec le son

Lucien Somme

poésies de Lucien

Hommages à Lucien

Divers

li bia bouquèt

enseignement officiel

Cartes de voeux

diplomes 2013

Waufes

Taute à l' djote

Serdu

djeu dèl caracole

Liens

Contacts

Qui sommes-nous

Légalité


École de wallon. Programme. Le calendrier. Une petite idée.... Lucien Somme. Divers. Liens. Contacts.

Plan complet du site

.

 Ètur li vèt’ èt l’ sètch  

d’après Florian L V    

On’ ome qu’aveut todi yeû fwè à Jupitêr

Tûze à sès deûs bauchèles, bin rade bounes à mârier  ;

Èlle ont bèle aparence, brâves, èlle ont tot po plaîre  ;

Leû pa, pinsant bin fé, n’ vikeut qu’ po l’ chârité.

On fin djon.ne djârdinî tape sès-ouys su l’ pus vîye  :

Il îront bin èchone, ça s’ veut au prumî côp  !

« Mi, ça m’ va  ! Vos ossi  ? Èvôye po l’ vikérîye  ! »

Mins dès novèles di s’ fèye, li pa ‘nn’a pus biacôp.

C’èst l’ potî do viladje qu’a v’lu mârier l’ pus djon.ne  ;

Li pére si r’trove tot seû, i pèstèle èt transsi.

Nin pus taurd qui l’ dîmègne d’après, di l’après non.ne,

I l’zî va rinde visite po veûy qwè, s’ ragaîyi.

« Bondjoû, fèye  ! Qué novèle  ? », di-st-i, l’ome, à l’ prumêre  ;

« Èt qwè  ? A dj’ bin tchwèsi  ? Èst ç’ qui l’ome èst djinti  ?

N’euchîz nin peû dè l’ dîre si ça toûnereut foû sqwêre  !

– Mi-y-ome, il èst si bon  ! Papa, fioz-è vosse fi  ! »

Li paîs, li grand bouneûr rimplichenut nosse maujone  !

Dji vou yèsse come i faut, i n’ tûze qu’à m’ fé plaîji  ;

Nin djalous por on sou, nos n’èstans bin qu’èchone  !

Mi, dji boute avou li  . Li, i n’ vike qui por mi.

Mins s’i-gn-a one pitite saqwè qui nos manquereûve,

C’èst saquants gotes di pleuve po-z-aroser l’ djârdin  ;

– S’ i n’ faut qu’ ça, Jupitêr, dji vou wadjî qu’i freûve

Ploûre à sayas vormint, i n’a qu’à stinde si mwin.»

Noste ome, tot rapaujî, dèmâre po l’ôte bauchèle,

Èt kèneter po sawè si, véci, tot toûne rond.

«Ça n’ saureûve aler mia, sauf li solia, pau fèl,

Qui n’ si mostère pus wêre là trwès samwin.nes au long.

Ça n’arindje nin l’s-afaîres po souwer nos poterîyes,

Èt nos d’jans nos pâtêrs po qu’i lûje chîs solias  ;

L’an passé, parèt-i, èlle èstin.n’ totes rostîyes  ;

Ça faît d’abôrd on mwès qu’i ploût, qu’i n’ faît nin bia.

Mins vos qu’a todi stî l’ soçon da Jupitêr,

Vos n’ lî waserîz d’mander d’ nos d’ner on p’tit côp d’ mwin  ?

– Là, vos m’imbarassez, vos m’ oblidjîz à m’ taîre

Pace qui dj’a deûs-èfants qui n’ volenut nin l’ minme timps  !

Jupitêr, d’à l’ copète, èst sûr li  pus capâbe  ;

Prétinde li comander, mi, dji n’ pou nin fé ça.

Il èst mia mètu qu’ nos pace qui c’èst li qu’a l’ sâbe

Qui faît l’ pleuve èt l’ bia timps, qui sét ç’ qui nos va l’ mia.

I nos-î faut fiyî, i n’ nos vout qu’ do bouneûr  ;

Si nos purdans pacyince, i nos rècompinserè  !

Lès-omes èt lès coméres, i l’zî vout fé l’oneûr

Di lès v’lu fé passer pa-d’vant nosse vî Bon Diè.

      Albert Delvaux

Textes de nos élèves.