Scole di walon Lucien SOMME     NAMUR

École de wallon

Programme

Les cours

Les tables de wallon

Inscriptions

Le calendrier

Une petite idée...

Textes de nos élèves

Leçons avec le son

Lucien Somme

poésies de Lucien

Hommages à Lucien

Divers

li bia bouquèt

enseignement officiel

Cartes de voeux

diplomes 2012

Waufes

Taute à l' djote

Serdu

djeu dèl caracole

Liens

Contacts

Qui sommes-nous

Légalité


École de wallon. Programme. Le calendrier. Une petite idée.... Lucien Somme. Divers. Liens. Contacts.

Plan complet du site

 

Dj’aureu tant v’lu


Dj’aureu tant v’lu

Scrîre rin qu’one fîye

One powésîye

Èsprès por lu.


Dj’aureu tant v’lu

Qu’ ‘l èvaye paujêre

Timps di s’ plandjêre

Èt sins sofru.


Dj’aureu tant v’lu

Awè li r’cète

Po qu’ rin n’arète

« Todi » èt « lu ».


Dj’aureu tant,

Dj’aureu tant v’lu.


       Chantal


Texte mis en musique et interprété par Claude Somme, frère de Lucien

   

Qué chance !


Dji m’ sovin qu’ dj’a yeû on côp d’ chance

Vola tot près d’ chîj ans di d’ci ;

Li chance di p’lu fé l’ conichance

D’on-ome qui n’ tûze qu’à fé plaîji.

On sét bin qui l’ walon rachone

Lès djins qu’ leûs racènes ont crèchu

Su lès saquants djins d’ têre walone

Qui nos tayons ont tant r’batu.

Dj’aveu d’abôrd rovî m’ lingadje,

C’èst li què l’a v’nu dispièrter ;

C’èst s’ djintiyèsse èt s’ grand coradje,

À môde di rin qu’ m’ont ènondé.

Nos n’ nos plin.n’ pus vanter d’èsse djon.nes !

Dji n’ con’cheu rin ! I saveut tot :

« Vinoz quand vos v’loz, d’ l’après non.ne,

Dji sèrè todi là por vos !»

Djè l’aureu bin yeû pris po m’ frére :

Li ratoûrnûre, c’èsteut si spot ;

I vèyeut èvi lès maniéres !

C’èst do drap parèy à m’ sauro.

Quand t’as à fé à on vraî maîsse

Qui n’ sét criyî, qui n’ sét man’cî,

Qui n’ ti d’manderè jamaîs : « Qui fais’ ? »,

Ti n’ saureus fé qu’ dè l’ veûy voltî.

‘l’èst nin rèquis d’one vikérîye

Po s’ fé one idéye d’one saquî !

Ci n’èst nin sovint l’ ci qui crîye

Li pus fwârt qu’èst l’ mia ayèssî.

Quand dji v’s-a dit qu’ dj’a yeû dèl chance

D’awè rèscontré nosse Lucyin,

Dj’a yeû raîson d’ lî fé confiyance :

Li walon , li, i l’ con’cheut bin.

Dji n’ mi saureu èspêtchî d’ plinde

Lès grandiveûs qu’ont bin mostré

Qu’i n’avin.n’ rin d’ôte à-z-ètinde :

« Pusqui t’ nos passes, faut distèler ! »




Lucyin, vos-avoz faît vosse bouye

Tot bèlotemint, sins v’s-èfoufyî !

Vo-nos-ci tortos couye bèrdouye :

Vos soçons sont tot disvoyîs.

Fuchîz sûr qui nosse chére sicole

Dimèrrè l’ vosse, èt po longtimps.

Nos-audrans por vos l’ prumî role :

Aidî lès djins à s’doner l’ mwin.




                                          Li 30 di mârs’ 2012


                                                                                                 Albert Delvaux

Hommages à Lucien. Hommages à Lucien. Hommages à Lucien.

    

Po Lucyin



Vosse tchèyêre èst wîde



Vosse tchèyêre èst wîde, Maîsse Lucyin.


Vos-avoz 'nn'alé doûcètemint

Èt vos-élèves sont-st-ôrfulins.

Vosse tchèyêre èst wîde.


O djârdin, lès fleûrs sont flanîyes,

Èlle ont pièrdu leû compagnîye.

Vosse tchèyêre èst wîde.


Tos lès mouchons do bwès sont d' doû,

Vos n'  leû-z-îroz pus dîre bondjoû.

Vosse tchèyêre èst wîde.



*** *** *** *** *** *** ***



Maîsse, ètindoz li p'tit richot?

Choûtoz … i chuchelote rin qu' por vos.

Fioz nos one risète.


Waîtoz, Maîsse, li solia r'glatit,

I s'agrance di vos fé plaîji.

Fioz nos one risète.


Lès mouchons c'mincenut à tchanter

Èt lès fleûrs vos vont milouter.

Fioz nos one risète.


Maîsse Lucyin, fioz nos one risète.




A.-M. FRANCOIS

Hommages à Lucien.

      

À vosse chonance


Qwè m’ faut-i fé ?

Qwè m’ faut-i pinser ?

I-gn-a onk di mès soçons qu’èst fwârt nauji, fwârt fayé.

Dji pinse qu’i va su s’ difin.

Dji n’ so nin dèl famile, nin co on fèl camarâde, mins quand on s’ rèscontère, c’èst toudi on plaîji.

Dji n’ sé qwè fé !

Lî aler dîre bondjoû ? Va sawè si dji n’ va nin yèsse pris por on curieûs.

Lî scrîre po lî dîre qui dj’ sondje à li, qui… ?

Lès mots, savoz, ci n’èst jamaîs qu’on bokèt d’ suke dins on lite d’aîwe.

Lî soner ? Mins po lî dîre qwè ?

Dji n’ sé nin, dji n’ sé pus, dji n’a jamaîs seû.

Ni rin fé èt d’ner l’îdéye qui ça n’ mi faît rin ?

Fé one saqwè èt quéquefîye mau fé ?


Il è-st-èvôye ! Dji n’ pinse qu’à li !

S’i m’ wèt, i sét bin, asteûre, qui djè l’ wèyeu, qui djè l’ vwè voltî !


André Debources

Hommages à Lucien.

     

Mossieû Somme,


Dîs côps qui dj' vos-a lî !

 L'anéye dès quate solias ;  On djoû nûléye, on djoû solia ; Djan-leup ;  C' èst l' vîye do monde ; Li tauveléye do diâle ;  Èt noste ôrlodje qui toûrneut sote ; ch@rlote.com ; Tèrése ; L'èfant d'on ôte ; Li dêrin dès catîs.


Al fin dès fins,  c'èsteut come si li scrîjeû aureut div'nu one miète mi soçon !  


Nos-èstans di sqwêre, nos-ôtes deûs,  rapôrt  al paurt di plaîji  à prinde di roter dins lès campagnes, di choûter lès mouchons al bètchète do djoû,  di s' rapaujî dès coleûrs dès saîsons qu' ont chake  one inéye qui nos faît sawè si c'èst l' bon  oudôbin  si c'èst l' mwaîs timps qu'èst vêla ! Audjoûrdu,  minme avou l' solia, il ploût sins r'lache,  nosse keûr èst tot grigneû èt l' pwin.ne l'a stwârdu.


Tot èst paujêreté, doûceû èt bouneûr dins vos lîves.  Pôreut valu qui ç' fuche to fin parèy là èwou ç' qui vos-èstoz, asteûre.


Dins vos lîves,  vos vèyoz voltî lès djins èto ! Si télemint, qui tot l' monde èst bèrbis putôt

qu' leup, mi chone-t-i ! Sûr qui dins vosse vicaîrîye, c' èst l'amisté èt l' bonté qu' ont yeû

l' drwèt. C'èst si plaîji d' vos, Mossieû Somme, qui vos n'auroz nin dandjî  d'one chaule po-z-aler au ciél !


Avou vos lîves, dj'a yeû bin dèl chance d'aprinde dès bias mots, dès bèlès frâses, dès ratoûrnûres, t-ossi bin qu'one maniére di scrîre !  On djoû do mwès d'octôbe di l'anéye passéye,  vos m' avoz dit :

« Gn-a wêre qui sont là po-z-aprinde à scrîre. Èt  portant,  i m' chone qui c'èst l'  principâl. Po ça, i vos faut lîre à maque ». C'è-st-on bia èt bon mèssadje èt djè l' saumerè,  Mossieû Somme !


Vos lîre, ça a stî  l' bouneûr di sinte, à chaque pauje, mi  keûr bate à tot skèter, come s'il aureut yeû stî èmacralé èt,  c'è-st-ossi yèsse foû d'alin.ne,  po sawè l' fin mot dès fauves... Ça,  c'è-st-one saqwè d' impôrtant, savoz !  Ayi,  vos lîre,  c'èsteut,  c'èst  èt ci sèrè todi on vraî raploû d' violons su lès twèts !


Binamé Mossieû Somme, dji voreu bin qui vos sèrîz tofêr èmon nos-ôtes, mins voste âme è-st-èvoye avou vosse daîrène bauye.  Nos 'nn' èstans tot pèneûs mins, savoz bin qwè ? Vosse lîve di mots, vos fauves, vos  romans jamaîs parèys, i sèront l' pus bia dès moteûrs, po tos lès cias qui vôront aprinde à causer, à lîre èt à scrîre li walon comufaut, i sèront l' pus bèle dès bistokes po tos lès cias qui vôront biyn r'trover leûs racènes èt pwârter, come vos,  leû si bèle èritance.

Mèrci po tot ça, Mossieû Somme.


Joëlle Spierkel, li curieûse agasse, apurdice dèl sicole di walon d' Nameur.

Li 28 di maus' 2012

Hommages à Lucien.

     

(…)


En cet instant ultime, on me pardonnera de m’écarter de ma mission de ce matin pour saluer personnellement la mémoire de Lucien, au nom d’une amitié vieille de plus de cinquante années…

Ce fut beaucoup de lumière… et quelques ombres déjà effacées dans la mort, qui tout guérit, tout absout, tout rassemble…




Totes lès sovenances qui t’ m’as lèyi,

Comint vôreus’ co qui dj’ lès strame ?

Vin lès rèlîre, on djoû, d’lé mi…

I gn-aurè on cossin su t’ chame.


Victor George

Saquantes ont scrît on tècse po Lucien


Dj’aureu tant v’lu  -  Chantal Denis

Qué chance  -  Albert Delvaux

Vosse tchèyêre èst wîde  -  Anne-Marie François

À vosse chonance  -  André Debources

Hommage de Joëlle Spierkel

Hommage de Victor George

À r’veûy, nosse vî maîsse  -  Alain Baume

Journal “l’Avenir”, “Chîjes èt pasquéyes” n°558 du 07/04/2012


    

L’AVENIR


CHIJES ET PASQUEYES N° 558 DU 7 AVRIL 2012.



Nos-avans pièrdu l’ pus bèle plume di nosse tchapia.



On dit qu’ lès cimintiéres sont rimplîyes di djins qu’ pinsin’ qu’on n’aureut seû fé sins zèles.


Lucien SOMME n’èsteut nin d’ cètila. Qui do contraîre ! Grandiveûs, on mot qu’ ’ vèyeut èvi.


Lucien Somme, c’èsteut l’ome qui n’ cacheut qu’à fé do bin autoû d’ li. Qui n’ cacheut qu’à rinde sièrvice. Qu’on p’leut bin uker n’impôrtè quand, n’impôte èwou po-z-aler fé one confèrince ou d’ner on coûrs di walon à d’s-èfants. Et, ci n’èst nin rin qu’ dès mots. C’èsteûve insi. On rènant jamaîs parèy. On powête avou tot ç’ qui ç’ mot-là vout dîre. On soçon qu’aveut one plume au coron di s’ keûr. On bouteû qui v’leûve one saqwè al lècsion. On’ ome di d’néye (minme s’il èsteut d’ Marèdrèt) qui n’ wèyeut l’ mau nule paut.


On dit qu’ lès cimintiéres… Non, soçon, vos n’ lès vèyîz nin voltî, lès grandiveûs. Portant, vos, vos-èstîz on Grand. On grand qui n’ si mostreut nin. On’ ome come i-gn-a pont d’ feume, di-st-i, li spot walon. Et nos-ôtes, asteûre, nos-èstans ôrfulins d’on pa, d’on maîsse, d’on soçon.


Vos d'djîz qu'i n' faleut jamaîs travayî tot seû dins l' walon. Po n' pont fé d' faute. C'è-st-insi qu’ nos n's-avans coplé dès-ans au long, nos-ôtes deûs. Et asteûre, èwou ç' qui dj' va l'aler qwêre, mi, li maîsse qui m' saurè coridjî ?


Ô, dji n' vos faî pont di r'protche, savoz ! Vos sofrichîz brâmint d' trop po v'lu d'mèrer avou nos-ôtes! Vos n’ savîz nin qu’ gn-aveut on mau qui v’ dismougneut. Insi, jusqu'i-gn-a wêre, on fieut co tot plin dès prodjèts po nosse soce.


Yèsse di soce, c’èst l’imaudje qui v’s-aleut l’ mia. Avou todi on r’vazî po fé rîre. Minme dissu vosse lét d’ospitau ! Soçon, on mot qu’ v’leut dîre one saqwè por vos. C’èst po ça qu’ vos-avoz stî si télemint disbautchî quand dès blankès-panses ont ratchî dins vosse sope.


Bon voyadje, mi fi ! Mins, ni rovioz nin d’ sondjî à nos-ôtes, di tènawète ! Di nos d’ner d’ vos novèles èt d’ nos r’mète su l’ boune vôye quand nos nos brouyerans. Vos l’ savoz bin, on s’ brouye bin sins bwêre èt, nos n’avans pont d’ GPS. Vos, d’alieûrs, vos ’nn’avîz nin dandjî.


Adon fuchoz sûr qui l’ vôye di nosse keûr, gn-a pont d’ dotance, minme sins satèlite, vos l’ troveroz todi.




Vosse copleuse.




LS.mp3 Hommages à Lucien.

   

À r’veûy, nosse vî maîsse

Dji vwè co Lucyin, achî au mitant d’ nos-ôtes, lès-èlèves dèl Sicole di walon. I choûteut totes lès èspliquéyes da Chantal por one malaujîye conjugaîson. Èt pwis fé lès-ègzèrcices. Come tos l’s-ôtes, come s’il aureut yeû stî on-apurdice.

I nos faleut ratinde qui Chantal dimande : « Èt nosse vî maîsse, qwè pinse-t-i d’ ça ? » po qu’i dîje li sène. Portant il aureut yeû brâmint à dîre avou tot ç’ qu’il aveut scrî : dès bèlès powésîyes à n’ lès sawè compter, dès romans, dès biyèts d’umeûr … Èt co l’ lîve di mots d’après Nameur èt avaur-là... Mins il èsteut come ça Lucyin : tot l’ contraire d’on grandiveû !

À r’veûy, Lucyin. À r’veûy, nosse vî maîsse… Qui l’ bon Diè vos mète è s’ potche.


Alain Baume