Scole di walon Lucien SOMME     NAMUR
École de wallon. Programme. Le calendrier. Une petite idée.... Lucien Somme. Divers. Liens. Contacts. École de wallon. Programme. Le calendrier. Une petite idée.... Lucien Somme. Divers. Liens. Contacts.

.

Dîjyinme lèçon


- Si nos causerin.n’ di vosse famile da vos, audjoûrdu ?

- Si vos v’loz ! Dj’a trinte trwès-ans, dj’a v’nu au monde à Salzène. Dji m’a mârié qu’ dj’aveu vint’ yût’ ans avou Fanîye. Dj’a tot d’ chûte yeû deûs-èfants, one djèrmale, Olivî èt Caterine. Dj’a èto on fiyou èt deûs fiyoules.

- Ça dwèt fé mau à vosse boûsse, ça, al Sint Nicolès !

- Djè l’ vou bin crwêre ! Dji so fi tot seû… adon, dji n’a pont d’ nèveû èt pont d’ nèveûse. Fanîye, lèye, èle n’èst nin fèye tote seûle. Elle a trwès fréres èt quate soûs.

- Mon Dieu dèyi, quéne grande famile !

- Oyi ! Mins m’ feume n’a qu’one nèveûse èt deûs nèveûs.

- Il è faut one di tauve po rachoner totes cès djins là al novèl an èt au Noyé !

- Oyi, mins c’èst plaîjant !

Dixième leçon


- Si nous parlions de ta famille, aujourd’hui ?

- Si tu veux ! J’ai 33 ans, je suis né à Salzinnes. Je me suis marié à 28 ans avec Stéphanie. J’ai tout de suite eu deux enfants, des jumeaux, Olivier et Catherine. J’ai aussi un filleul et deux filleules.

- Cela doit faire mal au portefeuille, ça, pour la Saint-Nicolas !

- Je crois bien ! Je suis fils unique… donc, je n’ai pas de neveu ni de nièce. Stéphanie, elle, n’est pas fille unique. Elle a trois frères et quatre sœurs.

- Mon Dieu, quelle grande famille !

- Oui ! Mais ma femme n’a qu’une nièce et deux neveux.

- Il en faut une de table pour rassembler tout ces gens au nouvel an et à la Noël !

- Oui, mais c’est un plaisir !


cours10.mp3

Remarquez que « des jumeaux » se dit « one djèrmale ». « Des triplés » se dira « on trèpîd ».


Enfant unique se dira « fi tot seû » ou « fèye tote seûle » selon qu’il s’agit du masculin ou du féminin.


Remarquez aussi que « au nouvel an » se dit « al novèl an » ; et que « la Noël », féminin en français, est masculin en wallon : « au Noyé ».

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Leçon 10

Leçons 10-11-12.

Onzyinme lèçon


- Vola, mès djins, ça faît quausu chîs mwès qu’ nos vos-apurdans à lîre sins mau sins rûje.

- Po ç’ lèçon ci, nos v's-alans aprinde li tèyorîye, lès grandès lines po sawè lîre tot seû, sins nos-ôtes.

- Oyi, nos-avans d’dja vèyu qu’è walon, totes lès lètes qui sont scrîtes si duvenut prononcî. Rèpètoz après mi : dj’a d’dja d’djuné à gngnos.

- Cor on côp : dj’a d’dja d'djuné à gngnos.

- Waîtoz bin qu’on dit d’gnos èto. Li walon, ci n’èst nin on lingadje planifié. Nin jusqu’asteûre, todi !

- Fioz vos-ègzêrcices, richoûtoz nos lèçons èt l’ côp qui vint, nos passerans à one saqwè d’ôte.

Onzième leçon


- Voilà, messieurs dames, cela fait presque six mois que nous vous apprenons à lire sans difficulté.

- Pour cette leçon, nous allons vous apprendre la théorie, les grandes lignes pour savoir lire seuls, sans nous.

- Oui, nous avons déjà vu qu’en wallon, toutes les lettres qui sont écrites doivent se prononcer. Répétez après moi : (j’ai déjà déjeuné à genoux)

- Encore une fois.

- Notez qu’on dit « d’gnos » aussi. Le wallon n’est pas une langue planifiée. Pas encore !

- Faites vos exercices, réécoutez nos leçons et la prochaine fois, nous passerons à autre chose.

cours11.mp3

« Li côp qui vint ». Remarquez que le mot « prochain » n’existe pas en wallon. On dira « li samwin.ne qui vint », « l’année qui vint », pour dire « la semaine prochaine », « l’année prochaine ».

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Leçon 11

Dozyinme lèçon


- Dijoz Pôl, li côp passé, vos nos-avoz dit qu’ totes lès lètes qui sont scrîtes si prononcéyenut. Tortotes ?

- Â non.na, nin tortotes ! Gn-a dès cènes qu’on mèt pa rapôrt au scrîjadje francès !

- Douvint, vos ?

- C’èst pace qui l’ francès èst nosse prumî lingadje. Adon, Feller, li cia qu’a mètu su pîds lès régues d’ôrtografîye walone, Feller a pinsé qui ç’ sèreut pus aujîy di comprinde li mot s’on l’ sicrîreut al môde do francès.

- Saquants-ègzimpes, si vos v’loz bin ?

- Pâr ègzimpe, on scrît on « s » al deûzyin.me pèrson.ne do singulier ; on « t » à l’ trwèzyin.me pèrson.ne do singulier, quand l’ francès è mèt onk, bin sûr.

- Èt on « z » al deûzyin.me pèrson.ne do pluriél, on « t » al trwèzyin.me pèrson.ne do pluriél èt vos ‘nn’auroz, dji supôse ?

- Tot-à faît. Insi, on scrît : « ti vas » èt on prononcéye « ti va » ; « i court » èt on prononcéye « i cour »

- Dj’a compris ! On scrît è walon « vos tchantoz » mins on dit « vo tchanto », « i tchantenut » èt on lît « i tchantnu »… Ê ! I-gn-a one aroke, là. Il èst scrît « tchantenut » !

- Oyi, c’èst pace qu’è walon, li « e », il èst todi moya. S’i n’ l’èst nin, on l’ sicrît « eu » come dins lès mots francès « veuf », « neuf », « œuf »,  « teufteuf ».

- C'è-st-âssez por audjoûrdu, sés’, dj’a mau m’ tièsse, mi !

- D’acôrd, nos vièrans l’ rèstant li côp qui vint.

Douzième leçon


- Dis Pol, la fois passée, tu nous as dit que toutes les lettres écrites devaient se prononcer. Toutes ?

- Ah non, pas toutes ! Il y en a qui sont mises par rapport au français !

- Pourquoi ?

- Parce que le français est notre langue maternelle. Aussi, Feller, celui qui a institué les règles d’orthographe wallonne, a pensé que ce serait plus facile de comprendre un mot s’il était écrit comme en français.

- Quelques exemples, si tu veux bien ?

- Par exemple, on met un « s » à la deuxième personne du singulier ; un « t » à la troisième personne du singulier, quand le français en met un, bien sûr.

- Et un « z » à la deuxième personne du pluriel, un « t » à la troisième personne du pluriel et ainsi de suite, je suppose ?

- Tout à fait. Ainsi, on écrit « ti vas » et on prononce « ti va » ; « i court » et on prononce « i cour ».

- J’ai compris ! On écrit en wallon « vos tchantoz » mais on dit « vo tchanto », « i tchantenut » et on dit « i tchantnu »… Eh ! Il y a un problème, là ! Il est écrit « tchantenut ».

- Oui, c’est parce qu'en wallon, le « e » est toujours muet. S’il ne l’est pas, on l’écrit « eu », comme dans les mots français « veuf », « neuf », « œuf », « teufteuf ».

- Cela en est assez pour aujourd’hui, j’ai mal à la tête !

- D’accord, nous verrons le reste la fois prochaine.

cours12.mp3

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Leçon 12

Leçons 1-2-3 - lessons 1-2-3

Leçons 4-5-6 - lessons 4-5-6

Leçons 7-8-9 - lessons 7-8-9


Leçon 10 - lesson 10

Leçon 11 - lesson 11

Leçon 12 - lesson 12


Leçons 13-14-15 - lessons 13-14-15

Leçons 10-11-12. Leçons 10-11-12. cours10.pdf cours11.pdf cours12.pdf

RETOUR à la page LEÇONS AVEC LE SON

Tenth lesson


·  Should we talk about your family today?

·  As you may wish! I am 33. I am born in Salzinnes. I get married at the age of 28 with Stéphanie. Quite soon 2 children are born, twins, Olivier and

Catherine. I have also one godson and 2 goddaughters.

·  Must be quite expensive on St Nicholas’s Day.

·  You bet! I am an only son, therefore no nephew or niece. But Stéphanie is not an only daughter. She has 3 brothers and 4 sisters.

·  My Goodness, what a large family!

·  Yes! But my wife has only one niece and 2 nephews.

·  You need a big table to gather all of them on Christmas and New Year’s Days.

·  Yes, but it’s such a pleasure.

lesson10.pdf

Eleventh lesson


·  There we are, ladies en gentlemen, since almost 6 months ago, we started to learn you how to read without difficulties.

·  During this lesson, we’ll learn the theory, the basic principles to read by yourselves, without our support.

·  Indeed, we have seen that in Walloon, all letters must be pronounced. So repeat after me: “dj’a d’dja d’djuné à gngnos” (I have already had lunch down

on my knees).

·  Once again

·  Please note that we also use to say:”d’gnos”. Walloon is not a planned language. Not yet!

·  Train yourselves, listen again and again to our lessons and next time, we ‘ll talk about something else.

lesson11.pdf

Twelfth lesson


·  By the way Pol, you tell us that all letters must be pronounced. All?

·  Well no, not all. Some are written by reason of the French language.

·  Why?

·  Because French is our mother tongue. Furthermore, Feller who set up the spelling rules of Walloon, was of the opinion that it would be easier to understand a word if it would be written as it is in French.

·  Some examples please?

·  For instance, there is a “s” in the second person singular, a “t” for the third person singular.

·  And a “z” in the second person plural, a ”t” in the third person plural, and so on, I guess?

·  Right. And so you write “ti vas” and you pronounce “ti va”; “I court” and you pronounce “I cour”.

·  I understand! In Walloon, we’ll write “vos tchantoz”, we’ll say “vo tchanto”, we write “I tchantenut” and we say “I tchantnu”… Oh, there is a problem in this case!

·  Yes, but it is because in Walloon, “e” is always silent. If not, it would be written “eu”, like in the French words “veuf”, “neuf”, oeuf”, teufteuf”.

·  That’s more than enough for today. I have a headache.

·  All right! Next time, we’ll go on with the remaining part.

lesson12.pdf