Scole di walon Lucien SOMME     NAMUR
École de wallon. Programme. Le calendrier. Une petite idée.... Lucien Somme. Divers. Liens. Contacts. École de wallon. Programme. Le calendrier. Une petite idée.... Lucien Somme. Divers. Liens. Contacts.

.

Leçons 1-2-3 - lessons 1-2-3

Leçons 4-5-6 - lessons 4-5-6

Leçons 7-8-9 - lessons 7-8-9

Leçons 10-11-12 - lessons 10-11-12


Leçon 13 - lesson 13

Leçon 14 - lesson 14

Leçon 15 - lesson 15


Trêzyinme lèçon


- Dji so d’ataque po continouwer nos lèçons po-z-aprinde à lîre.

- Dji so bin binauje. Bon, vèyan.mint qu’ li « e » - « e » tot seû, don, « e » sins pont d’acsint - li « e » èst todi moya, ça vout dîre qu’i-gn-a dès quèwètes di mots qui vont yèsse one miète chwarchîyes.

- O ! Dji n’ comprind nin !

- On-aujîy pitit ègzimpe. Quand v’s-aloz rade po dîre, comint d’djoz li mot « livre »?

- « Lîfe »

- È bin vola ! Lès mots qui finichenut pa « ve » si prononcéyenut « f », come « lîve ». Lès mots qui finichenut pa « je » si prononcéyenut « ch »

- Â, oyi, come « Bèlje »

- C’èst ça ! Come « viladje », ou « gâradje », « èglîje » èt vos ‘nn’auroz.

- Gn-a-t-i co d’s-ôtès quèwètes qui sont chwarchîyes, insi ?

- Oyi, Lès mots qui finichenut pa « de », come « grande » pâr ègzimpe

- C’èst l’ vraî qu’ gn-a l’ min.me è francès. On dit, è francès « une grante fille », « quant on apprend à parler » èt quétefîye co d’s-ôtes.

- C’èst ça, mins c’èst pus aujîy è walon, pace qu’è walon, c’èst todi l’ min.me.

- C’è-st-aujîy. D’abôrd, on dîrè « dès fikes » min.me s’il èst scrît « dès figues », dèl « salate » min.me s’il èst scrît « dèl salade » ; ça l’ rind « malate » adon qu’il èst scrît « malade », èt co, èt co.

- C’èst tot-à faît ça. Mins, dijoz, on continoûwerè l’ côp qui vint, don !

- Ayi. Dèdja on fèl mèrci, savoz !


Treizième leçon


- Je suis prête pour continuer nos leçons pour apprendre à lire.

- Tu m’en vois ravi. Bon, puisque le « e » - « e » tout seul, donc, « e » sans accent – le « e » est toujours muet, ça veut dire qu’il y a des terminaisons de mots qui vont être quelque peu estropiées.

- Je ne comprends pas !

- Un petit exemple facile. Quand tu parles rapidement, comment dis-tu le mot "livre"?

- "Lîfe".

- Et bien voilà ! Les mots qui se terminent par « ve » se prononcent « f », comme « lîve ». Les mots qui se terminent par « je » se prononcent « ch ».

- Ah, oui, comme « bèlje ».

- C’est cela ! Comme « viladje », ou « gâradje », « èglîje », etc.

- Y a-t-il d’autres terminaisons qui sont estropiées ?

- Oui, les mots qui se terminent par « de », comme « grande » par exemple.

- C’est exact qu’il y a la même chose en français. On dit, en français « une grante fille », « quant on apprend à parler » et peut-être encore d’autres exemples.

- C’est cela, mais, c’est plus facile en wallon, parce que en wallon, c’est toujours la même chose.

- C’est facile. Donc, on dira « dès fikes » même s’il est écrit « dès figues », de la « salate » même s’il est écrit « dèl salade » ; ça le rend « malate » alors qu’il est écrit « malade », et ainsi de suite.

- C’est tout-à-fait cela. Mais, dis, on continuera la prochaine fois, hein !

- Oui. Grand merci d’avance !

cours13.mp3

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Leçon 13 - lesson 13

Leçons 13-14-15. cours13.pdf

Quatôzyinme lèçon


- Bondjoû, bondjoû !

- Bondjoû m’ fèye ! Avoz bin faît vos-ègzêrcices ?

- Oyi, ça, èt dji m’ rafîye d’è sawè co d’pus !

- Dji v’s-a dit qu’ gn-aveut rin d’ pus aujîy qui l’ walon à lîre. Douvint ? Pace qui c’èst todi dèl min.me maniére qu’on scrît l’ min.me son. Insi, quand on mèt on tchapia su one sonante, ça vout dîre qui l’ son dwèt yèsse pus long.

- Come dins l’ timps, è francès, « château », « île ».

- C’èst ça, min.me si l’ prononciyâcion a candjî po saquants mots è francès, pace qui vosse « château », il a div’nu « chateau ».

- Dji comprind ! Gn-a one difèrince ètur li mot « sô » èt « sot »

- Oyi. Dijoz après mi ç’ frâse ci : « mi soû a ratindu su l’ sou d’ l’uch à cause d’on sot qu’èsteûve sô èt qu’a todi d’pus d’ pûs »

- Mi soû a ratindu su l’ sou d’ l’uch à cause d’on sot qu’èsteut sô èt qu’a todi d’pus d’ pûs.

- Li côp qui vint, nos passerans à saquants sines qui sont scrîts èt qu’aîdenut à lîre.

Quatorzième leçon


- Bonjour !

- Bonjour ! As-tu bien fait tes exercices ?

- Oui, et je me réjouis d’en savoir encore plus !

- Je t’ai dit qu’il n’y avait rien de plus facile que de lire le wallon. Pourquoi ? Parce qu’on écrit toujours de la même manière le même son. Ainsi, quand on met un accent circonflexe sur une voyelle, ça veut dire que le son doit être long.

- Comme autrefois en français, château, île.

- C’est cela, même si la prononciation a changé pour quelques mots en français, parce que ton « château », il se dit maintenant « château ».

- Je comprends ! Il y a une différence entre le mot  « sô » et  « sot ».

- C’est cela. Dis après moi cette phrase : « mi soû a ratindu su l’ sou d’ l’uch à cause d’on sot qu’èsteûve sô èt qu’a todi d’pus d’ pûs »

- « Ma sœur a attendu sur le seuil de la porte à cause d’un sot qui était saoul  et qui a toujours plus de poux. »

- La prochaine fois, nous passerons à quelques signes qui sont écrits et qui nous aident à lire.

cours14.mp3

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Leçon 14 - lesson 14

cours14.pdf Leçons 13-14-15.

Quinzyinme lèçon


- Gn-a dès sines po lîre pus aujîyemint qu’ vos d’djîz ?

- Pâr ègzimpe, si vos wèyoz on pwint dins on mot, ça vout dîre qu’i faut lîre ci mot là come s’i-gn-aureut deûs. « Son.ner », pâr ègzimpe. Pace qui, s’on n’ mèt pont d’ pwint, on dîreut co bin « sonner » vèyan.mint qu’ totes lès lètes si prononcéyeneut èt qui quand gn-a deûs cossonantes, on-z-è prononcéye deûs, come dins "Anna ènn'a après l' grammaîre".

- On-z-aureut p’lu mète one loyûre !

- Â, non.na, pace qui l’ loyûre, èle sièt à r’loyî. Come on-z-a d’dja dit, c’èst po mostrer qu’i faut prononcî èchone deûs mots r’loyîs. Pâr ègzimpe « vos-avoz », « come on-z-a d’dja dit ».

- Èt quand gn-a pont d’ loyûre, i n’è faut pont fé ?

- Surtout nin ! On dit « quand on », « on grand aube », « on p'itit èfant ».

- Portant, dj’a d’dja ètindu dins dès payis qu’i-gn-a, dîre « quant’ on ».

- C’èst l’ vraî, mins si vos choûtoz bin, vos-ètindroz qu’ si l’ dérène lète si prononcéye, gn-a pont d’ loyûre tot l’ min.me. I faut dîre « quant' on » èt nin "quanton".

- Si dj’ comprind bin, quand’ li dérène lète si prononcéye, on mèt one faflote ?

- C’èst ça. Dijoz : on pus’, au mwès d’awous’, à ras’ di têre, vint’ sèt’, vint djins, ça faît vint’.

- Èt quand on wèt one faflote en d’dins d’on mot, ça vout dîre èto qu’i faut prononcî l’ cossonante jusse pad’vant l’ faflote ?

- Oyi, come dins « an’mète », « an’ministrâcion ».

- Dji pinse qui dj’a comprins, come mès camarâdes di Lignè dîrin.n’.

- À la boune eûre, insi. Mins po-z-è sawè d’pus, i vos faureut v’nu au coûrs, savoz !

- Mèrci brâmint dès côps, Pôl.

- Ci n’èst rin d’ ça, Chantal !


Quinzième leçon


- Il y a des signes pour lire plus facilement, que tu disais ?

- Par exemple, si tu vois un point dans un mot, ça veut dîre qu’il faut lire ce mot comme s’il y en avait deux. « Son.ner » (saigner), par exemple. Parce que si on ne met pas de point, on pourrait dire « sonner » puisque toutes les lettres doivent se prononcer et que quand il y a deux consonnes, on en prononce deux, comme dans "Anna ènn'a après l' grammaîre".

- On aurait pu mettre un tiret !

- Ah non, parce que le tiret sert à relier. Comme on l’a déjà dit, c’est pour montrer qu’il faut relier ensemble les deux mots. Par exemple « vos-avoz », « come on-z-a d’dja dit ».

- Et quand il n’y a pas de lien, il ne faut pas relier ?

- Surtout pas ! On dit « quand on », « on grand aube », « on p'itit èfant ».

- Pourtant, j’ai déjà entendu à certains endroits, dire « quant’ on ».

- C’est vrai, mais si tu écoutes bien, tu entendras que si la dernière lettre se prononce, elle n’est tout de même pas reliée. Il faut dire « quant' on » èt nin "quanton".

- Si je comprends bien, quand la dernière lettre se prononce, on met une apostrophe.

- C’est cela. Dis : on pus’ (un puits), au mwès d’awous’ (au mois d’août), à ras’ di têre (à raz de terre), vint’ sèt’ (27), vint djins (20 personnes), ça faît vint’ (20).

- Et quand on voit une apostrophe dans un mot, ça veut dire aussi qu’il faut prononcer la consonne qui se trouve juste devant.

- Oui, comme dans « an’mète » (admettre), « an’ministrâcion » (administration).

- Je pense que j’ai compris, comme diraient mes amis de Ligny.

- À la bonne heure, donc. Mais pour en savoir plus, il faut que tu viennes au cours, tu sais !

- Merci beaucoup, Pol.

- De rien, Chantal !

cours15.mp3

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Leçon 15 - lesson 15

cours15.pdf Leçons 13-14-15.

RETOUR à la page LEÇONS AVEC LE SON

Thirteenth lesson


·  I am reading to go on with our reading lessons.

·  I am most delighted. Good, because “e” – “e” alone then, without accent- is always mute, it means that some endings of words will be somewhat mangled.

·  I don’t understand!

·  Just a quite simple example. When you speak quickly, how do you say the word “livre”?

·  “Lîfe”

·  There we are! Words ending by “ve” are pronounced “f” like “life”. Words ending by “je” are pronounced “ch”.

·  Ah yes, like “bèlje”.

·  That’s it! Like “viladje” or gâradge”, “églîje”, and so on.

·  Are there other mangled endings?

·  Yes, words that end by “de”, like “grande” for example.

·  It is precisely the same in French.. We say in French “une grande fille”, “quand on apprend à parler” and maybe some other examples.

·  Right. But it is easier in Walloon, because in Walloon it is always the same rule.

·  It’s easy. So, we ‘ll say”dès fikes” even if it is written “dès figues”, “salate”, even if it is written “dèl salade”; it makes him “malate” even if it is written

“malade”, and so on.

·  Quite right! But, by the way, we’ll go on next time, will you?

·  Yes. Thanks a lot in anticipation.

lesson13.pdf

Fourteenth lesson


·  Hi (good morning)

·  Hi (good morning).  Did you practice well?

·  Yes and I’m keen to learn more!

·  I told you that there is nothing easier than to read Walloon. Why? Because you write always the same way the same sound.  And so when you put a circumflex accent on a vowel, it means that it should

be a long vowel. Like in the past, in French: “château” or “île”.

·  That’s right, even if the pronunciation has changed for a few French words, because “château” use to be pronounced nowadays “chateau”.

·  I understand. There is a difference between the words “sô” and “sot”.

·  Right. Repeat after me the following sentence: « mi soû a ratindu su l’ sou d’ l’uch à cause d’on sot qu’èsteûve sô èt qu’a todi d’pus d’ pûs » (my sister has to wait on the doorstep of a lunatic who was drunk, and who is more and more lice-ridden)

·  « mi soû a ratindu su l’ sou d’ l’uch à cause d’on sot qu’èsteûve sô èt qu’a todi d’pus d’ pûs »

·  Next time we will move on to some other written marks that help us to read.

lesson14.pdf

Fifteenth lesson


·  There are marks that make reading easier, as you said?

·  For example, if you see a mark in a word, it means that the word should be read as 2 different words.  “Son-ner” (to bleed) for example. If there is no “mark”, we could say “sonner” – because all letters are to be pronounced. And there are two consonants which both are to be pronounced, like in “Anna ènn’a après l’ grammaîre”.

·  But a dash could also be used.

·  No because a dash or hyphen is meant to

“unite”. As said before, the purpose is to indicate that both words are to be linked together. For instance, “vos-avoz”, “come on-z-a d’dja dit”.

·  And when there is no link, why should we not link both?

·  Certainly not! You must say “quand on”, “on grand aube”, “on p’itit éfant”.

·  However, I have already heard somewhere somebody saying “quant’on”.

·  That’s true, but if you listen carefully, you will hear that, if the last letter is pronounced, it is not even linked. You must say “quant’ on” and not “quanton”.

·  If I understand well, if the last letter is pronounced, we should use an apostrophe.

·  That‘s right. Let say: “on pus’ ” (a well), “au mwès d’awous’ ” (in the month of August), “à ras’ di têre” (level with the ground), “vint’ sèt’ ” (27), “vint djins” (20 persons), “ça fait vint’ ” (it makes 20).

·  And when you see an apostrophe in a word, would it mean too that the consonant in front of the apostrophe has to be pronounced?

·  Yes like in “an’mète” (to admit), “an’ministrâcion” (administration).

·  I think I have understood, as my friends from Ligny should say.

·  Very good then. But to learn more about the matter, you need to attend our class, you know!

·  Thank you very much Pol!

·  You are welcome Chantal!

lesson15.pdf